Prud’hommes : portez plainte contre les attestations mensongères

Défense prud’homale :

Bonjour, je reviens sur l’épineux sujet de la défense prud’homale, car un internaute a posté en commentaire un article intéressant rédigé par un avocat sur la façon de se défendre et de démonter les attestations de salariés en faveur de l’employeur. Protester, même avec des preuves à l’appui, ne sert pas à grand chose, en fait, je l’ai fait, j’ai eu la sensation de prêcher dans le désert et même pire, le CPH dans son immense mansuétude, m’a même condamnée à payer 1 euro aux 4 « traîtres » à leur cause que j’avais attraits (possibilité dans le cadre des dossiers comportant un harcèlement moral, d’étendre la contestation aux salariés qui ne se sont d’ailleurs jamais présentés devant le tribunal, et ont été défendus gratuitement par l’avocat de l’employeur…). En cour d’appel, cette condamnation mirifique est tombée, on vous diffâme et on écope d’une condamnation ! Vive le CPH !

En plus, mes 4 zigottos ont été incapables de s’entendre sur leurs déclarations, car pour deux j’arrivais entre 9h30 / 10h et les 2 autres prétendaient que j’arrivais à 10h30. Or j’arrivais vers 9h / 9h15, parfois 9h30 si ennui de métro, et je ne repartais pas avant 19 h, 20h, 21h, 22h, 23h, minuit selon ma charge de travail et les dates limites de remise des dossiers.

Je ne savais pas qu’ils avaient la fonction de badgeuses dans leurs attributions !

Ils évoquaient d’autres éléments complètement aussi « gratuits » : comme je lui aurais dit que je préférais travailler le soir, cela ne me gênait pas… mais je n’ai jamais dit que cela ne me gênait pas de travailler 14h par jour, bouffon !

Comme ils ne sont pas doués, l’amplitude indiquée a permis de faire compléter en appel, la provision obtenue dès le départage de conciliation, sur ma « bonne mine » par la juge de départage.

Les conseillers prud’homaux ne se sont même pas donné la peine de compter les heures indiquées qui témoignaient d’un dépassement de l’horaire 35h, comme ils ne se sont pas penchés sur les organigrammes, la répartition du travail, l’inégalité de traitement ! Du travail bâclé, or la mission d’un juge est de tout faire pour la manifestation de la vérité.

Au pénal, ces salariés déviants diront qu’ils avaient rédigé ces attestations à la demande de la Direction ou des RH, les gros nigauds: l’employeur leur demande de sauter d’une falaise, ils le font. On le sait tous, ils le font pour une reconnaissance : augmentation, promotion, mutation…

Pour ma part, j’ai décidé de porter plainte post CPH devant les suicides dans mon entreprise, dont le 1er s’est produit juste le jour où le facteur a sonné à ma porte pour me remettre la confirmation de mon licenciement, post recours Fédération, puis toutes les victimes qu’un syndicat m’adressait qui, toutes connaissaient le même traitement : dérapage managérial, arrêt maladie, et c’est la victime qui perd son travail au final, sans que leur hiérarchie ne soit jamais sanctionnée.

La question se pose de savoir comment contrer les dires de ces « vermines ». Et là, un avocat dit dans cet article qu’il faut porter plainte pour témoignage mensonger. https://l.facebook.com/l.php…

J’ai pu avoir copie des dépositions de vérification au pénal de ces « personnes », car depuis 2014, il est possible que les parties civiles obtiennent copie du dossier, alors qu’auparavant, c’était seulement votre avocat qui pouvait vous raconter n’importe quoi !

Elles ont toutes les 4 sous serment confirmé leurs déclarations fallacieuses… de beaux parjures ! En fait, si elles reconnaissaient avoir menti, elles étaient en tort, donc certainement la seule option, certainement sous pression de l’employeur, c’était de continuer à mentir.

J’ai appris toujours par le même syndicat (UNSA, merci) qu’un des 4 avait été ultérieurement licencié pour harcèlement moral, donc que du beau monde !

Je dois préciser que ces 4 personnes ne savaient pas ce qui s’était passé avec moi, ma version des faits, l’employeur aura pu leur raconter n’importe quoi, ne connaissaient pas le contenu de mon poste, surtout le dernier. Je ne comprendrais jamais ces personnes qui entrent dans un conflit sans jamais en connaître les tenants et les aboutissants, je finis par croire que c’est un manque d’intelligence de base, et une malhonnêteté épouvantable, manque de valeurs. On parle aussi pour les harceleurs de manque d’éducation de base.

Prud’hommes : pourquoi faut-il déposer des plaintes pénales pour faux témoignages ?

ROCHEBLAVE.COM

Prud’hommes : pourquoi faut-il déposer des plaintes pénales pour faux témoignages ?

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s